Jardin botanique de Vauville : l’oeuvre d’art qui mêlait trois générations 

Jardin botanique de Vauville en Basse-Normandie, à deux pas de Cherbourg. Visité par nosescapades.com

Deux semaines m’éloignent du jardin botanique de Vauville. À l’occasion des journées du patrimoine, il nous a ouvert ses portes, nous a entraîné parmi ses chemins, plantes et sculptures.

Jardin botanique de Vauville en Basse-Normandie, à deux pas de Cherbourg. Visité par nosescapades.com Alors que nous roulions en direction de la grande mare de Vauville, réserve naturelle exceptionnelle du Cotentin, un petit chien les oreilles et yeux tombants a rencontré notre chemin. Il gambadait, explorait les quatre recoins de ce que nous pensions n’être qu’un champ et qui s’est avéré être l’entrée du jardin botanique.

Si je devais comparer cette expérience à une histoire, je vous dirais sans même prendre le temps d’une réflexion : Alice au Pays des merveilles. N’ayez crainte, oublions les champignons et autres lapins. Cette fois-ci, imaginez un champ, aux premiers abords désert. Imaginez apercevoir un chemin, un porche de feuillages s’engouffrant nous ne savons où. Et par simple curiosité, vous suivez ce chien. Se déploie alors devant vous des tables, deux maisonnettes de bois proposant cafés et autres boissons. Des gens sourient et partagent un verre. Cet endroit, jamais vous ne l’aviez imaginé en arrivant dans ce champ. Comme quoi, la Normandie regorge de petites merveilles dont on ne soupçonne pas l’existence.

Jardin botanique de Vauville en Basse-Normandie, à deux pas de Cherbourg. Visité par nosescapades.com

Statue - Jardin botanique de Vauville en Basse-Normandie, à deux pas de Cherbourg. Visité par nosescapades.com Quelques pas seulement nous mènent au théâtre de bambous, un cercle de pierres bleues destiné à héberger une sphère. A cet instant même, les plantes commencent à nous entourer. De part et d’autre, des chemins nous mènent à différents endroits : une palmeraie qui surplombe la mer, des bassins ornés d’arbustes, des arbres majestueux, des fontaines. Chaque espace nous offre un monde différent, nous fait même oublier que la mer se trouve à seulement 300 mètres de nous. On y marche, on se laisse s’y perdre, et c’est alors que nous tombons nez à nez avec une porte de bois voûtée. On s’y aventure, découvrons de nombreux objets d’art, et rencontrons Eric Pellerin de Turckheim, membre de la famille à qui appartient le domaine et Directeur de la communication du jardin. Enfants comme nous sommes, nous nous étions aventurés dans le château hors visite guidée. Nous tenons donc à grandement le remercier pour cette session découverte privée. C’est avec, de ce que j’ai pu ressentir, grande passion qu’il a partagé avec nous l’histoire de la famille, du château et du jardin, imaginé sous trois générations. Des roses, de la pierre, beaucoup de vert, de l’eau, un chemin magnifique à parcourir. Les panneaux, on ne souhaite même plus y porter attention, car au fond de nous, on ne souhaite pas quitter le jardin.

 

 

Vient pourtant le moment de partir. Nous rejoignons un pont qui surplombe une étendue d’eau, serpente entre les plantes, et nous mène à la sortie.

 

Escapade normande imprévue, mais agréablement surprenante.

> Pour en savoir plus sur le jardin botanique de Vauville <

– Margaux



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *